Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

Bienvenue chez CENTURY 21 L'Immobilière de l'Ouest, Agence immobilière REDON 35600

L'actualité de CENTURY 21 L'Immobilière de l'Ouest

L'histoire. Ermengarde, la plus redonnaise des duchesses

Publiée le 04/04/2015

Nominoë, père de l’indépendance bretonne, et la duchesse Anne, qui rattacha la Bretagne à la France sont bien connus. Ermengarde d’Anjou l’est beaucoup moins. Et pourtant…

Ermengarde est une princesse d’Anjou qui a été duchesse de Bretagne et la protectrice de l’abbaye de Fontevraud.

Ermengarde d'Anjou naît à Angers en 1072 du mariage de Foulque IV le Réchin et d'Hildegarde de Beaugency. Ayant perdu sa mère assez tôt, elle reçoit une éducation très soignée et se montre pieuse et soucieuse de réformation religieuse, en particulier pour lutter contre l'appropriation de biens d’Église par les laïcs.

En premières noces, elle épouse en 1089 le jeune comte-duc et poète, Guillaume IX le Troubadour, mais celui-ci la répudie trois ans plus tard, pour épouser Philippe de Toulouse. Ce mariage n'est mentionné que par Guillaume de Tyr, et par aucun autre auteur contemporain, aussi est-il mis en doute. De plus ces deux prétendus époux étaient cousins germains, la mère de Guillaume IX était Hildegarde de Bourgogne, une demi-sœur utérine de Foulque IV le Réchin.

Son père la marie en 1093 avec le duc de Bretagne, Alain IV Fergent, probablement pour sceller une alliance contre la Normandie, alors dirigée par Robert Courteheuse. En 1096, son époux étant parti en Palestine pour faire la première croisade, elle assume avec autorité la garde du duché jusqu'en 1101.

Se plaisant peu à Rennes et dans l’Ouest du duché, elle préfère Nantes ou la région de Saumur et, séduite par le rayonnement de Robert d'Arbrissel, elle favorise l'expansion de l'abbaye de Fontevraud dans laquelle elle se retire deux fois comme simple moniale.

Après la mort de son mari en 1095, elle revient en Bretagne soutenir le nouveau duc, son jeune fils Conan III.

Admiratrice de saint Bernard de Clairvaux, elle favorise la création d’abbayes cisterciennes. En 1117, à près de 50 ans, elle accompagne son fils à la deuxième croisade. Elle retourne en Palestine dix ans plus tard et certains historiens pensent qu'elle a pu finir sa vie à Jérusalem comme moniale du couvent de sainte Anne.

Les nécrologies de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon et de Saint-Maurice d'Angers mentionnent cependant un décès en 1146 à Redon, où était enterré son mari.

 

Notre actualité